Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grand Paris

  • Une métropole pour le Grand Paris en 2016 ?

    La loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles publiée au Journal officiel du 28 janvier 2014 ouvre la voie à la création de la "métropole du Grand Paris".

    Cette métropole sera constituée par la ville de Paris et les trois départements de la petite couronne. L’ensemble regroupera donc 124 communes et 6,7 millions d’habitants.

    Pourront s’y joindre les communes limitrophes des départements de grande couronne. Ce qui pourrait ajouter à cet ensemble 47 communes et 1 millions d’habitants supplémentaires.

    L’échéance de la création de la métropole est fixée au 1er janvier 2016.

    Dans ce même délai, les 42 intercommunalités de grande couronne dont le siège est situé dans l’unité urbaine de Paris, devront se structurer pour former des ensemble d’au moins 200 000 habitants.

     

    Que restera-t-il à l’arrivée des communes et des départements ? Pour trouver la réponse à cette question, il faut lire entre les lignes…

  • De nouvelles ambitions pour l'AFTRP

    L'agence foncière et technique de la région parisienne doit connaître cette année une nouvelle étape de son histoire, longue déjà de plus d'un demi-siècle.

    L'agence va constituer le cœur d'un nouvel établissement public baptisé "Grand Paris Aménagement", lequel jouera un rôle majeur dans l'aménagement et la construction des logements du Grand Paris. Son président - directeur général, Thierre Lajoie, ex-conseiller de Cécile Duflot, a déjà annoncé un "choc foncier" pour faire baisser le prix du terrain à bâtir.

     

    Madame Duflot a aussi annoncé la redéfinition des périmètres et des objectifs des opérations d’aménagement d’intérêt national (OIN) et des établissements publics d’aménagement d’État (EPA). Du remue ménage est prévisible…

  • Grand Paris Express : c'est parti !

    Le Premier ministre a donné le coup d'envoi du "Nouveau Grand Paris". Tirant certaines conclusions du rapport Auzannet, le projet révisé demeure ambitieux. Le nouveau métro, le Grand Paris Express, sera réalisé dans son intégralité pour un coût de 26,5 milliards d'Euros.

    200 km de lignes, 72 nouvelles gares sont au programme, mais seule l'une des quatre nouvelles lignes prévues, la ligne 15, aura une capacité équivalente à celle du métro parisien. Les trois autres lignes (16,17 et 18) seront dotées de transports automatiques "à capacité adaptée".

    Ce schéma inclus d'autres réalisations importantes pour les Franciliens : le "barreau de Gonesse", le prolongement du RER E jusqu'à Mantes et la Tangentielle ouest (TGO).

    Les travaux s'étaleront jusqu'en 2030 et probablement au-delà car la question du financement a reçu une réponse partielle.

    Les bureaux d'étude et entreprises de travaux publics n'ont pas caché leur soulagement  car voilà du travail en vue pour de longues années.

    En ce qui concerne l'impact direct du projet sur les terres agricoles, il devrait rester modeste car le Grand Paris Express privilégie la partie la plus dense de l'agglomération parisienne.

    Seront toutefois impactés deux territoires sensibles : le plateau de Saclay et le Triangle de Gonesse. L'amélioration de la desserte de ces deux territoires devrait permettre d'ouvrir l'urbanisation de vastes étendues jusqu'à présent cultivées. 

  • Grand Paris Express : M. Auzannet a remis son rapport

    Jeudi 13 décembre, M. Pascal Auzannet a remis à madame Duflot son rapport sur le "calendrier pluriannuel de réalisation et de financement du projet de Grand Paris Express".

    En 90 pages, M. Auzannet fait la démonstration qu'un étalement dans le temps  à la fois des travaux et des coûts est inévitable. S'il devait être réalisé, comme prévu jusqu'alors, d'ici 2025, le métro couterait non pas 20,5 milliards d'euros mais 30 milliards. Facture insupportable pour les finances publiques. De plus, cette échéance rapprochée suppose de tenir un rythme de construction de 18 km de ligne par an, ce qui ne s'est jamais vu en Europe.

    D'où la présentation de scenarios alternatifs qui ne remettent pas en cause le principe de réaliser la totalité du projet du Grand Paris Express. Cela-dit, l'un d'eux reporte l'achèvement de certaines liaisons après... 2040. 

    Plusieurs points peuvent être retenus :

    Pour la desserte de Roissy, le rapport appelle l'Etat à reconsidérer le projet de liaison CDG Express qui s'est enlisé en 2011. Il insiste aussi sur l'importance du barreau de Gonesse à construire entre les deux lignes du RER D. Ces deux projets pourraient suffire pour répondre aux principaux enjeux de ce secteur et permettre de patienter longtemps pour le métro automatique.

    Pour la desserte du plateau de Saclay, le rapport met en évidence que la charge maximale de la ligne Verte restera limitée malgré les aménagements prévus. Un tramway, un tram train ou un métro automatique léger seront donc suffisants. Nul besoin d'un métro à grande capacité, plus onéreux et nécessitant une infrastructure lourde.

    Quant au tracé de la ligne Verte, le rapport constate l'absence d'accord politique sur la totalité du parcours et suggère donc de n'envisager qu'une première phase entre Orly et le CEA, telle ques les élus de la Communauté d'Agglomération du Plateau de Saclay l'ont validée. A savoir un tracé reprenant la RN118 entre le Moulon et le Christ de Saclay avec une station au nord-est du CEA.

    C'est maintenant au gouvernement de tirer les conséquences de ce rapport. La suite pourrait être connue dès le mois de février prochain.

  • Le Grand Paris Express au rapport !

    C’est ce 13, décembre que M. Pascal Auzannet doit remettre à Cécile Duflot, en charge du Grand Paris, un rapport sur «le calendrier pluriannuel de réalisation et de financement du projet de métro automatique Grand Paris Express».

    A l’approche de ce jour, la tension monte parmi les élus de la région parisienne concernés par l’une des lignes en projet. Ce rapport sera-t-il une opération vérité ? Il pourrait alors faire de nombreux déçus.

    Sera à suivre avec attention le sort préconisé pour la ligne Verte, qui doit desservir le plateau de Saclay, et la ligne Rouge, qui conditionne l’urbanisation du Triangle de Gonesse. D’importants projets d’aménagement en dépendent et donc le sort de bien des hectares de terres agricoles.

    Encore faut-il que ce rapport soit rendu public, ce qui à ce jour n’ a pas été confirmé par la Ministre...

  • Le Grand Paris Express freine...

    Officiellement, la Société du Grand Paris poursuit la concertation publique sur la construction de la ligne rouge au sud de Paris et prépare les travaux.

    En réalité, le calendrier annoncé risque fort de ne pas être tenu. En cause, le financement du projet qui n'est plus assuré. 

    Dans le cadre des discussions sur le budget de l'Etat, le gouvernement a finalement décidé de retarder l'inscription au budget de la première tranche de la dotation en capital de la SGP. Cette dotation est fixée par la loi relative au Grand Paris à 4 milliards d'Euros, la première tranche devant s'élèver à 1 milliard d'Euros. Dans les conditions actuelles, l'Etat ne peut verser un tel montant. La SGP doit faire avec les recettes fiscales dont elle dispose déjà, mais qui ne sont pas suffisante pour le montage financier du projet.

    Là aussi c'est un retour au réel. Il se traduit par un changement de méthode : désormais on compte ses sous et on voit ce qu'on peut faire avec (au lieu d'imaginer ce qu'il faudrait faire et de chercher ensuite les capitaux nécessaires). D'où un ralentissement probable du projet.

    Du coup, les mégaprojets autour des futures gares du réseau - campus du plateau de Saclay, complexe de loisirs d'Europa City, campus de villejuif - sont eux-mêmes menacés. En général, les investisseurs n'aiment pas attendre...

  • Connaissez-vous la TOL ?

    La loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris prévoit la construction de 70 000 logements chaque année en Ile-de-France... Comme le doublement du rythme de construction de logement ne s'improvise pas, l'Etat, qui a pris le sujet à coeur, a précisé les choses.

    Le préfet de Région, dans un exercice de planfication digne d'un équilibriste, a réparti l'objectif de construction en partageant l'ile-de-France en 33 territoires. Chacun se voit assigné, à l'unité près, un nombre de logements à construire sur la période 2012-2014. C'est ce qui s'appelle la Territorialisation de l'Offre de Logement.

    Là où cela se complique c'est que les territoires ainsi délimités ne correspondent pas précisément aux limites des intercommunalités, d'ailleurs elles-mêmes en cours d'assemblage si l'on peut dire.

    Par exemple, le territoire appelé "Grand Parc étendu", auquel est assigné un objectif de construction de 1 867 logements, ne correspond pas à la communauté d'agglomération de Versailles Grand Parc. Il faut y ajouter les communes du Chesnay, de Viroflay et de Vélizy-Villacoublay et en retirer les communes de Bièvres, Bailly, Noisy-le-Roi et Rennemoulin.

    D'où la question : qui sera alors l'interlocuteur de l'Etat pour ces territoires ?

    Nous craignons que cette question simple nécessite une réponse compliquée...

    Pour illustrations, vous trouverez dans la rubrique documents de ce blog, la carte de la TOL en cliquant sur "TOL carte".



  • Le Grand Paris Express avance

     

    Le coup d'envoi du premier tronçon du réseau Grand Paris Express a été donné : la ligne rouge Sud de Pont-de-Sèvres à Noisy-Champs. 

    Ce n'est pas necore le premier coup de pioche qui est donné, mais la concertation qui est engagée. 21 réunions publiques sont organisées par la Société du grand Paris jusqu'au 15 novembre prochain.

    L'enquête publique suivra à la fin de l'année 2012 et les tunneliers commencront à creuser le tunnel en 2015.

    Coût de l'infrastructure : 5 milliards d'Euros HT

    Trafic estimé : 300 000 voyageurs par jour

     

    GrandParisExpress

     

    Reste à acquérir le foncier : 1800 parcelles sont concernées...

     

  • Grand Paris : 3000 mégawatts à trouver

    En 2030, la charge d'électricité supplémentaire à prévoir pour le Grand Paris (logements, bureaux, métro automatique, véhicules électriques etc.) s'élèvera à 3000 mégawatts, soit une augmentation de 20 %. En particulier, 8 zones de fort développement ont été identifiées : La Défense, certains quartiers de Paris, la PLaine-Daint-Denis, Marne-la-Vallée, Roissy, Seine Maont, le plateau de Saclay et le Mantois.

    Tel est le constat dressé par RTE et ERDF dans une étude conjointe commandée par le préfet de Région.

    Pas d'inquiétude, le réseau de lignes à 400 000 volts qui achemine l'électricité depuis les centres de production de la vallée de la Loire et de la Normandie n'est pas sous-dimensionné. Toutefois, à l'intérieur de la région, il faudra développer de nouveaux ouvrages de répartition à 225 000 volts (lignes et postes sources).

    Les moyens de production d'électricité devront impérativement être maintenus ou du moins remplacés pour une production équivalente. C'est le cas de la centrale à charbon de Vitry et de la centrale à fuel de Porcheville qu'il faudra probablement remplacer par descycles combinés à gaz.


    Pour mémoire : 

    • La consommation électrique de l'Ile-de-France représente 16 % de la consommation française.
    • La région produit moins de 10 % de l'énergie électrique qu'elle consomme.
    • 15 % de cette production est faite à partir de sources renouvelables ou de récupération.
  • Le Grand Paris Express roule-t-il toujours ?

    "Le gouvernement souhaite maintenir et poursuivre le projet du Grand Paris Express. Mais il souhaite le réconcilier avec le projet d'égalité des territoires."

    Déclaration de Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des Territoires et du Logement.